Slow fashion

Ma description en 4 points du mouvement « slowfashion » :

  • Consommation responsable
  • Consommation raisonnée
  • Respect de l’environnement
  • « Le luxe est une affaire d’argent, l’élégance est une histoire d’éducation »

A l’opposé de la consommation de masse, des achats compulsifs ou overdose de lèche vitrine, la slowfashion est, à mon sens, le juste équilibre entre se faire plaisir et respecter l’environnement. Par ricochet, il contribue au respect de soi-même.

Depuis des années, la terre subit nos caprices de surconsommation. Nous subissons les directives d’une société régie par l’industrie du pétrole qui nous a tous rendu dépendant du « consommer/jeter » et consommer de plus en plus à fréquence augmentée : la « fast fashion ». Heureusement un mouvement de révolte toutes générations confondues se manifeste aujourd’hui et nous montre qu’un autrement est possible. Sans pour autant adopter le look de Jack Sparrow, penser achat longue durée est déjà THE premier pas.

Personnellement je suis plutôt conservatrice, lorsque j’achète une pièce c’est parce qu’elle me plaît vraiment, pas parce que c’est une grande griffe ou que c’est à la mode. Du coup j’en prend soins, j’ai des pièces que j’ai depuis des années que je garde dans des sacs à linge sous vide pour ne pas qu’elles s’abiment et que je ressors au gré de mes envies. Et si vraiment je suis las d’un vêtement, je demande autour de moi si quelqu’un en a besoin (généralement je trouve toujours quelqu’un). Au pire je fais des dons auprès d’associations qui se chargent des reventes de ses pièces. L’argent récolté par ses associations après les reventes sert à l’emploi de personne en situation délicate.

Cet exemple de circuit fermé évite le gaspillage par le recyclage et tous le monde est gagnant.

Le but de la slowfashion n’est pas de se brader, mais de consommer qualité au lieu de quantité et surtout de mettre un point d’honneur à :

  • L’éthique du produit : plus facile à dire qu’à faire. Pourtant en choisissant des marques engagées dans le développement durable ou/et qui veille à ce que leurs chaînes de fabrication soient de qualité on y est déjà quand même…
  • L’environnement : Je ne ferai pas de thèse sur l’empreinte carbone ! Juste réfléchir au circuit de nos tissus est également une graine plantée qui ne pourra que croître et tout naturellement nous amener à acheter différemment (local, friperie, fait main, customiser nos propres vêtements condamnés à mourir !!).

En toute logique, remettre les choses à leurs bonnes places, la fast-fashion est clairement une catastrophe environnementale et humanitaire et c’est à nous de réagir si nous ne voulons pas finir « exterminé » par notre planète terre bienveillante depuis des millénaires … Exterminé peut faire rire, mais c’est belle est bien ce qui nous pend au nez si nous n’y prêtons pas attention.

Dans cette démarche environnementale, j’ai testé l’achat en friperie, l’article du blog ici http://innaturelleswetrust.com/zoom-sur-les-friperies/ peut t’intéresser 🙂

Tu peux peut être aimer ce thème aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *